Tomazi

Pour cette 2ème participation, j’ai retenu la leçon de l’année dernière, pas de « jaune » la veille ! Avec Ben et Micky on se pose au camping les Palominos comme les Argousiers étaient pleins. Dire que c’est un camping c’est un grand mot, on avait juste un carré d’herbe pour poser nos tentes et côté sanitaire, c’était franchement limite…Cette année, je refaisais équipe avec Ben, l’ACCH Vauville power !

Briefing qui dure mais avec toute cette tripotée de pilotes, Tototo doit faire le bilingue. Le circuit s’étend sur 2,2km de long et 650m de large mais il va falloir tirer des bords.

Cette fois j’ai pris le départ. Le vent souffle fort avec de bonnes clacs et il est orienté ouest. Je pars en 3.2 assez bien placé, collé à Juju. Dès le début la tête prend de l’avance, ok y a du niveau. La fin du 1er tour se rapproche quand arrive le drame : frontale/regonflage quasi immédiat et la voile plonge sur le sol côté bord d’attaque avec un bruit lourd. J’ai tout de suite compris quand elle est repartie, j’ai 9 attaches qui ont sauté… Impossible de revenir je plie. Aucun quad ne s’arrête, pas cool. Plus de 20min de marche face au vent, tout pour me mettre de bonne humeur. Ben prend le relais. Pendant ce temps je démêle et boit une bière pour me détendre.

1h plus tard, c’est de nouveau mon tour, j’hésite mais tente en 3.8. Très mauvais choix, le vent est encore monté, je suis complètement à la rue, j’ai même peur.


Je tiens 2 tours puis revient à base mais Ben n’est pas là ! Je monte rapidement la 2.7 et là c’est bonheur. Enfin je prends plaisir à explorer le parcours qui au final permet pas mal de stratégies. Pour la descente je choisis de tirer jusqu’à la mer puis empannage et je cherche à garder accroché le vent. Les quelques 500 derniers mètres avant la bouée, on sent que ça accélère sans fin, mon GPS enregistrera un 79km/h. Arrivé à cette bouée la plus à l’Est, le passage devient au fil du temps un vrai champ de mine, le char saute de partout, j’adore.


Avec l’immensité du parcours, on cherche de temps en temps les bouées et le copain avec lequel on bataille.

A bout d’1h30, Ben très impatient reprend le relais. Il enchaine bien, on a notre rythme.

Le vent tourne un peu et l’on peut tirer des bords plus directs. J’ai l’impression que le vent a baissé quand je repars mais rapidement je constate que c’est plutôt l’inverse.

Un vilain nuage noir commence à se profiler, le vent monte encore sensiblement et la 2.7 commence à être dure à tenir, Des rafales sont tellement fortes rapide que le char se lève, pourtant la voile est quasi au raz du sol. Mais passé ces moments délicats, je m’éclate et double du monde. D’ailleurs certains cassent et commencent à s’arrêter, je suis encore plus motivé. La chicane de pointage n’est pas facile car située dans un couloir très rafaleux. J’y dévente durant un virement, merci aux pointeurs pour le coup de main ! Le vent montant toujours je vois Tototo qui sort le drapeau jaune, la course est malheureusement arrêtée. J’envisageais de passer à plus petit, dommage.

On replie sous la flotte, sympathique remis des prix. On finit 16/52, résultat honorable vu le départ catastrophique. Sur nos 24 tours j’en ai presque fait 15 soit environ d’après le GPS 100km.

Très bonne ambiance dans les paddocks entre toutes les nationalités. Comme plusieurs d’entre nous j’ai pas tout compris l’histoire de la ligne infranchissable. J’ai l’impression que certains ont adapté les consignes comme ils voulaient. Personnellement à la descente je tirai côté mer et à la remonté je passais côté dune. J’ai bien constaté que certains ont gagné des bords donc du temps.

Bravo à la KHO, les bénévoles et Tototo pour la direction de course pour cette très belle édition. Merci également aux photographes pout tous ces superbes clichés et vidéos. A l’année prochaine.

 

CrocBen

A Mon tour, déjà je vous demande de me pardonner pour ce compte rendu tardif.

Vendredi

Pour moi départ vendredi matin de Biville, pour déposé Emilie à Notre dame de Gravenchon (20 km au Sud du Havre) chez sa grand mère. Après un pique-nique nous prenons le Bac pour traverser la seine

Puis je reprend la route direction du Nord pour les Hemmes, J’arrive vers 17H30 je prend l’emplacement de «Camping» (bien pourri) aux Palominos.

Puis je rejoint très vite les copain sur la plage. Je dois me garer avec le trafic (1m96) sur un parking limité à 1m90 (chaud) Micky m’aide, il m’aura fallu quelque manoeuvre. On roule avec Matt, a se tirer de bonne bourre pendant 1H30.

Retour au camping, douche, diné, puis on part avec Micky au camping des Argousier voir les copain, Tomazy nous rejoint à 22H30 (il arrive de Rouen). Une bière et on rentre se mettre au lit.

Samedi

Tous debout a 7H45, petit dej rapide, puis en route pour le camping du GCU ou se passe comme chaque année la confirmation des inscriptions. Sur place tres bonne surprise, les adhérant APC8 ont une réduction de 5€ MERCI (c’est le cout de l’adhésion) (c’est hyper rentable).

Je trouve, Michel de Peter Lynn (le concepteur de la Vapor) qui m’a réparer ma 4,5 en me changeant tous les panneau (4 au total) qui ont été déchirer l’ors de la dernière course de ligue dans l’accrochage avec Yinyin. Le travail est fantastique, la voile est comme neuve!!!

Il est temps d’aller sur la plage, le Brefing est impressionnant, avec les 54 équipage et près de 130 pilotes  c’est de la folie

c’est Tomazi qui vas prendre le départ, je le vois passer dans le groupe de tête mais apres 15 min toujours pas de tomazi qui passe pour faire son 2 eme tour. apres environ 25 min je le vois arriver a pied super énervé, pas le temps de comprendre pourquoi il rentre a pied, il me vide ma voile du sable rentrer dedans, et je reprend  le tour la ou il la abandonné (quelque centaine de mètre avant la ligne de pointage.

Je roule pendant 1H environ et je lui repasse le relais, c’est la que je comprend ce qu’il lui est arrivé quand je dépli sa voile qui est en vrac dans la base. il a la moitié des bride qui ont lâché (maladie des vapor 1)

il vas rouler pendant 1H30, en effet je suis très impatient de repartir, quand il me passe a nouveau le relais je suis remonté, je trouve les bonne trajectoire, et le passage a la mer est phénoménale. arrivé au bout de cette ligne droite, l’empanage dans le mou est enorme, le sable vole dans tous les sens J’ADORE

Je passerai le relais a tomazi, qui roulera encore 1H, environ avant l’annulation de la course,

La remise des prix a lieux, les sponsor (peter Lynn et Apexxx) offre des lot au tirage au sort, Tomazi gagnera une paire de poignée, et un Tshirt, qu’il m’offre, car trop grand pour lui.

je repars tous de suite après la remise des prix car je suis attendu a Rouvroy pour une crémaillère, je pars donc précipitamment en ne disant pas aurevoir a tous le monde, Pardonnez moi…

Partageons !

    6 réflexions sur « 8h des Hemmes 2013 »

    1. Jolie article, trèèès belles photos, et intéressant de voir ta trace. Par contre c’est bizard comment il danse ton char ! Un coup sur la roue de droite, un coup sur la roue de gauche o_O’

    2. Le dancing du char, c’est à une bouée où plus le temps passait plus ça devenait défoncé. en fait les 3 roues décollent à un moment ou un autre.
      Heureusement que j’avais pas abusé sur l’apéritif, j’aurai repeind le casque c’est sûr.
      J’ai encore quelques MAJ à faire sur l’article

    3. Par contre je constate que sous IE et Firefox, des photos sur la même ligne c’est possible alors que sous Chrome systématiquement c’est une par ligne ce qui est dommage. Cela prend beaucoup de place et gâche un peu la mise en forme. Vous avez une idée du problème?

    4. Merci pour ton CR Tomazi, on a l’impression d’y être, super !!!

      Par contre j’ai le même souci que toi avec mes photos sur la Nasa Grosminet, sous IE et FF pas de souci , ils respectent la mise en page … et sur Chrome, 1 photo par ligne !

    Laisser un commentaire